L’agenda en ligne est de retour !

A la demande générale vous pouvez consulter de nouveau les activités programmées au GEM dans la rubrique agenda 🙂

Pensez à vous inscrire auprès des animatrices au 06.79.96.34.24 et/ou 06.26.12.01.28 avant de venir car le nombre de places disponibles est limitées.

« Folle avoine » au jardin Levat

RDV fixé au point rencontres à la gare Saint Charles en cette fin de matinée du jeudi 11 juin 2020. Au milieu de ce chassé-croisé de voyageurs, Nora, André, Alain, Claudine, Yves et enfin Coline tous masqué.e.s sont là avec l’intention de pique-niquer au jardin du Levat. C’était la promesse de quitter le tumulte de la ville, l’espace de quelques heures. Très vite nous laissons derrière nous toute cette foule. C’est après une vingtaine de minutes à pieds, que nous sommes arrivé. e.s. au jardin qui se trouve au cœur du quartier la belle de mai dans le 3ème arrdt de Marseille.

Dès l’entrée, l’ancien couvent nous accueille avec la statue d’un saint. L’atmosphère est à une sorte de sérénité trompeuse. En effet, à ma grande surprise, les bruits des voitures font place à celui des rires des enfants, aux chants des oiseaux. Nous passons devant des regroupements de personnes assises à même le sol appréciant l’ombre d’un figuier ou assises sur des chaises colorées à côté d’une fontaine en profitant d’un temps idéal après des mois de confinement.

Jérôme et Hani sont déjà là. Même si pour certains d’entre nous les estomacs crient famine, nous partons d’abord à la recherche de notre parcelle qui se cache tout au fond d’un grand terrain. Des cordes délimitent notre lopin de terre, et là nous nous rendons compte que nous sommes des gens de la ville… Avec l’aide de nos voisins de parcelles (différentes associations), nous apprenons que nous avons de la folle avoine, à foison. Mais aussi Trois plants de tomates, des fraises, des courgettes, des fleurs et bien d’autres plantes dont j’ai déjà oublié les noms et surtout de la mauvaise herbe.

Nous avons discuté comment faire. (Plan de circulation dans la parcelle… culture des plantes dites « sœurs » haricots avec du maïs, etc). Nous avons eu droit aussi à un don de graines de la part de nos voisins.

L’heure du pique-nique a sonné et nous avons posé nos sacs à dos et casquettes sous l’ombre d’un figuier. Après avoir apprécié cette pause. Claudine nous quitta pour des nourritures plus spirituelles, direction la bibliothèque. Hani a donné ses restes de repas à des poules. Coline nous demanda si nous étions d’attaque pour désherber.

Les moins motivé.e.s ont compris déserté.e.s ! Nous repartîmes tous sur la parcelle et c’est sans outils de jardiniers, avec une fourchette ou à mains nues que certains d’entre nous se sont mis à enlever les mauvaises herbes. Nous avons revu Adrien, aux couleurs de l’été, cheveux blonds comme les blés ! J’ai laissé tout ce beau monde pour regagner le centre-ville.

J’ai vraiment apprécié ce moment en pleine nature et vous invite aussi à découvrir le jardin du Levat…

Sabah.

GEMOI(SE)S & PETS : CHAT DES VILLES & CHAT DES CHAMPS

Coucou à toutes & tous,

Moi, je suis Maya, la chatte blanche et brune. Mon maître , Bruno m’a recueilli au chenil Saint Roque de la Valentine à Marseille. Quand j’ai vu arriver Bruno, je me suis précipitée sur lui. J’ai entendu la voix de Miss, recueillie par les parents de Bruno dans ce même chenil 25 ans plutôt, qui me disait : « Avances toi , c’est un bon maître que voilà. Tu auras une vie de rêve dans cette famille Dupré ». J’avais 1 an, et j’ai suivi en toute confiance Bruno. Depuis, je vis une vie de Princesse. Je me promène dans le grand jardin de mon maître et parfois vais un peu plus loin à la rencontre d’autres chats.

bty

Moi , je suis Ulysse. Je suis le chat noir Parisien d’origine. Je suis un chat de ville ; j’ai été recueilli tout petit par Manon qui habite à Paris. Je suis confiné dans un très petit appartement. Aussi, quand je viens en vacances chez ma « cousine Maya », je fais de grandes promenades avec elle. Cela fait 2 mois que je suis confiné avec ma maîtresse à Gémenos. C’est chouette d’être un chat des champs ; Maya a de la chance.

rémi ulysse noel

Ulysse et Maya ont appris à se connaître. Les premières rencontres furent difficiles. Peur, jalousie nous envahissaient lors de nos rencontres brèves d’un week-end, d’une semaine Depuis deux mois, depuis le début du confinement (17 mars 2020), nous nous sommes découverts. Nous nous aimons énormément ; nous jouons ensemble ; nous faisons de grandes ballades tous les deux.

bmd

Je crains le moment du retour à Paris mais je ne veux pas quitter Manon, ma maîtresse que j’aime tant. J’ai entendu Manon dire qu’elle allait peut-être me laisser à Gémenos, car une vie d’appartement me serait maintenant insupportable. C’est vrai, mais je ne veux pas laisser Manon toute seule à Paris. Il est vrai que je l’attends des journées entières quand elle travaille. Pour moi, les journées en appartement sont longues mais les soirées et les week-ends passés avec elle sont tellement délicieux !!!

Manon et moi allons être placés devant un dilemme : Paris ou Gémenos. Je vous le dirai le moment venu …

Rédigé par Rémi

GEM le Polar : Peur sur la ville / ép. n°1

AZQL1520

Il faisait chaud cette nuit là, la pleine lune brillait. Une espèce de moiteur envahissait la chambre et s’abattait aussi sur la ville endormie. Garry transpirait, il n’arrivait pas à dormir, son teint était pâle. Il s’assit lentement sur le rebord du lit, et réfléchit quelques secondes.

Tout semblait calme dehors, hormis les sirènes de police qui sifflaient au loin. Garry se leva et se servit un dernier verre pour la route. Il en avait assez de bourlinguer, voulait en finir, parce qu’il s’était juré de ne plus travailler pour le Gouvernement. Garry jeta un coup d’oeil à sa montre, s’habilla rapidement et claqua la porte.

Une fois dehors, la tension était à son comble, il courut précipitamment dans la direction opposée, sentant qu’ils étaient là par pure intuition. Il était l’homme de la situation, il le pressentait au fond de lui, mais il savait aussi qu’il n’aurait pas de réponse à son tourment … (suite au prochain épisode).

Rédigé par Patricia

GEMOIS(ES) & PETS : La vie de MISS

Bonjour, je m’appelle Miss. Je ne suis pas Miss Monde, je ne suis pas Miss France, je ne suis pas Miss Provence. Non, je suis Miss la Chienne, je suis Miss Dupré. Je suis née en août 1994. A ma naissance , moi et mes frères et sœurs avons été abandonnés devant le chenil Saint Roque à la Valentine.

miss

Un jour, alors que tous mes frères et sœurs avaient été recueillis par des familles, j’ai vu arriver un couple d’humains qui s’intéressaient à moi. Ils m’ont pris dans leurs bras protecteurs. J’étais contente mais j’avais aussi un peu peur. Je tremblais mais je me sentais tellement bien dans leurs bras si réconfortants. Ils sont revenus le lendemain. Ce jour là, ils m’ont officiellement adoptée.

Et c’est ainsi que je suis arrivée dans ma nouvelle maison. Je me roulais de joie dans l’herbe du jardin. La voisine de mes maîtres, Yvonne, m’a dit : «Tu as de la chance Miss, te voilà dans une très bonne famille d’accueil et tu vas être très heureuse». Elle ne se trompait pas car dès les premiers jours , j’ai pu mesurer combien mes maîtres m’aimaient. Je faisais partie de la famille Dupré.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

J’étais toute petite , plus petite que les chaussures de mon maître, Rémi. J’ai vécu une vie très chouette dans ma famille d’accueil. J’ai très vite énormément aimé Josette et Rémi . Rémi m’emmenait courir au stade et je faisais même de la randonnée avec lui. Nous sommes montés lui et moi au Garlaban. Nous jouions tous les 2 au foot . J’étais gardienne de but et je réussissais à arrêter ses tirs au but.

Un jour, Josette est arrivée à la maison portant dans ses bras une petite fille minuscule. C’était Manon. Les premiers mois, j’étais jalouse ; je pensais que mes maîtres s’occuperaient beaucoup plus de Manon que de moi. Qu’allait-il arriver ? Allaient-ils m’abandonner ?

Lorsque ma maîtresse faisait sécher du linge dehors , je déchirais ses habits et ceux de Manon. Je laissais intact le linge de mon grand maître. Mon maître continuait à s’occuper de moi. Il m’avait fait comprendre de ne surtout pas faire de mal à ma nouvelle toute petite maîtresse.

Missou (l)

J’ ai appris à aimer Manon. Elle et moi attendions ensemble chaque jour l’arrivée de Rémi. Quand est arrivé Bruno, 4 ans plus tard, je l’ai très bien adopté très rapidement. C’était un petit Maître de plus.

J’aimais la vie que je menais. Je dormais dans la maison . J’entrais et sortais dans le grand jardin comme je voulais. Mon grand Maître s’occupait énormément de moi. Il me parlait ainsi que mes 3 autres maîtres et je comprenais une bonne centaine de mots des humains.

Moi, je réussissais très bien à faire comprendre ce que je voulais. Il m’arrivait de tirer le bras de mon grand maître pour qu’il m’emmène courir, marcher dans la campagne. Il me disait «Miss, tu mènes une vie de château».Il avait raison. J’ étais très heureuse au sein de ma famille d’accueil.

Miss-portait

J’ai vécu au sein de la famille Dupré une vie de rêve. Je vieillissais et un jour de septembre 2008, un AVC m’a été fatal. Je voulais continuer à vivre dans la joie et le bonheur. Mon âge avancé me l’a empêché. Il a fallu se dire au revoir. Mes Maîtres ont beaucoup pleuré, je le sais. Ils m’aimaient tellement !!

Rédigé par Rémi

Gemois(es) & pets : Sissi Impératrice de Coeur

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici quelques grammes de douceur…  dans un monde de brutes !!

sissi_4

Coucou voici des photos de Sissi  &  du petit noir, qui est de la même portée  ; ce frère de Sissi a été adopté aussi.

Si je devais donner deux mots pour décrire la relation que je vis avec elles , ce serait : PASSION & COMPLICITE !! Ces mots ont beaucoup de sens pour moi.

Ci-dessus mes deux autres chattes : à gauche, Maya (la doyenne assagie) ; et à droite, Daisy (la chatte qui fait la belle).

Pour une petite chatte, Sissi, en plus de ses biberons quotidiens,  dévore déjà ses croquettes dans la coupelle où rentre tout juste, bien que de petite taille ; petit ventrou avec un appétit  de gourmande!!

sissi_8

Maintenant que vous êtes au courant d’à peu près tout, je vous souhaite une excellente journée … pendant que je vais faire un petit « Pénéquet » avec ma Sissi d’amour.

Confiné(e)s & PETS : Belle Roxanne

Comment Roxanne est arrivée dans notre vie? Quand je l’ai eu, elle n’avait  seulement 4 mois. Je l’ai eu part le bien d’un particulier qui avait 2 enfants, dont la plus petite de 3 ans qui ne cessait de la battre.
Roxanne - gros plan américain
La maîtresse de Roxanne ne la sortait jamais, elle n’était pas vaccinée, ni tatouée ni de puce implantée ; elle pesait que 650 grammes, elle avait peur de tout : au début, mon mari ne la voulais pas!!
Roxanne sieste
Mais pour moi, ça a été le coup de foudre ; la maîtresse me la vendu assez chère d’ailleurs, mais je voulais ce chien et pas un autre!! Et maintenant Roxanne aura 10 ans le 11 juillet 2020,  je l’aime comme si c’était mon propre enfant.
Rédigé par Laétitia